Ne pas se laver les mains après être allé à la toilette répand une super bactérie E. Coli

A-t-on besoin de le répéter? Il faut bien se laver les mains après être allé à la toilette. Sauf que tout le monde ne respecte pas cette règle de base de l’hygiène…

Pourtant, il s’avère que le fait de ne pas se laver les mains après être allé à la salle de bain contribue à la transmission d’une super bactérie E. coli, plus encore que de consommer de la viande ou des aliments insuffisamment cuits, selon de nouvelles recherches réalisées au Royaume-Uni.

Une étude publiée mardi dans le Lancet a révélé que le moyen le plus vraisemblable de propager une infection à E. coli résistante aux antibiotiques se fait directement d’humain à humain, quand les particules fécales d’une personne atteignent la bouche d’une autre.

L’auteur principal de l’étude et professeur de microbiologie médicale à l’Université d’East Anglia, le Dr David Livermore, a déclaré dans un communiqué que la bactérie E. coli vit normalement dans les intestins de personnes et d’animaux en bonne santé et est souvent inoffensive ou ne provoque qu’une diarrhée de courte durée.

« Mais E. coli est également la cause la plus fréquente d’empoisonnement du sang, avec plus de 40 000 cas chaque année en Angleterre seulement. Et environ 10 % de ces cas sont causés par des souches hautement résistantes contenant des BLSE », a-t-il déclaré.

Adobe Stock

Les bêta-lactamases à spectre étendu (BLSE) sont des enzymes produites par des bactéries, notamment E. coli, selon le National Health Service du Royaume-Uni.

Les souches d’E. coli atteintes de BLSE décomposent les antibiotiques couramment utilisés, tels que la pénicilline et la céphalosporine, ce qui les rend inefficaces pour le traitement, souligne un organisme de santé gouvernemental canadien.

Même si ces bactéries se retrouvent normalement dans les selles humaines, elles peuvent provoquer une maladie grave si elles pénètrent dans une autre partie du corps, y compris dans les voies urinaires ou la bouche.

« Les infections causées par les BLSE-E., les bactéries coli, sont difficiles à traiter », a déclaré le Dr Livermore. « Et ils deviennent de plus en plus courants dans la communauté et dans les hôpitaux. Les taux de mortalité des personnes infectées par ces souches de superbactéries sont le double de ceux des personnes infectées par des souches sensibles au traitement ».

D’autres recherches ont démontré que les E. coli producteurs de BLSE peuvent causer des infections compliquées des voies urinaires supérieures.

Les scientifiques ont analysé plus de 20 000 échantillons de selles et des centaines d’échantillons de sang. Ils ont découvert que la souche ST131 de E. coli était dominante dans les échantillons de sang, de selles et de sécrétions humaines.

De plus, ils ont découvert que différentes souches d’E. Coli étaient plus communes dans la viande et le lisier d’animaux.

« Les souches d’E. Coli résistantes provenant de la viande, principalement du poulet, du bétail et du lisier d’animaux, étaient largement différentes de celles infectant les humains », ont écrit les chercheurs dans un communiqué.

« ST131 a été à peine vue. Au lieu de cela, les souches ST23, 117 et ST602 étaient dominantes. En bref, il y a eu peu de croisement entre ESBL-E. coli des animaux aux humains ».

Le Dr Livermore et son équipe de recherche affirment que, pour prévenir la transmission d’E. Coli résistant aux traitements, il est important que les gens se lavent bien les mains.

On devrait toujours adopter des habitudes alimentaires et de manipulation des aliments sûrs.

Adobe Stock

« Nous devons continuer à bien cuire le poulet et ne jamais manipuler de la viande crue et de la salade en alternance. Il y a beaucoup de bactéries d’intoxication alimentaire importantes, notamment d’autres souches d’E. Coli, qui entrent dans la chaîne alimentaire. Mais ici — dans le cas des BLSE-E. coli — il est bien plus important de se laver les mains après être allé aux toilettes », a déclaré le Dr Livermore.

Espérons que le message passe… enfin!

Scroll to Top