Qu’est-ce que vous faites après avoir échoué ? Vous essayez à nouveau. Depuis deux ans, deux passionnés d’art tentent de pénétrer dans le musée d’art de la ville de Hiroshima Onomichi, mais ils se font systématiquement expulser depuis qu’ils tentent d’entrer. Voici Ken Chan et Gosaku, les félins les plus persistants du monde.

Tout a commencé il y a quelques années lorsque le musée a commencé son exposition intitulée « Les chats – exposition de photographies de Mitsuaki Iwago ». Quelques jours après le début de l’exposition, un visiteur inhabituel est arrivé, créant la meilleure publicité possible pour l’événement. L’agent de sécurité lui a toutefois bloqué le passage devant la porte d’entrée. En mars de l’année dernière, le même chat de quartier noir est revenu, mais cette fois, il a emmené un ami roux. Malheureusement, ils ont été obligés de faire demi-tour.

Les deux se sont probablement installés près du musée, car ils reviennent toujours. Un jour, le personnel a commencé à tweeter des photos d’eux, ce qui les a rendus célèbres sur Internet. Et bien qu’ils n’aient pas encore officiellement pénétré à l’intérieur, ils reçoivent au moins des câlins des gardes aux gants blancs.

Le musée d’art de la ville de Hiroshima Onomichi passe la majeure partie de sa journée à refuser l’entrée à deux chats.

Voici le premier coupable, un chat noir.

Et le deuxième, un chat roux.

Tout a commencé il y a quelques années lorsque le musée a lancé son exposition intitulée « Les chats – exposition de photographies de Mitsuaki Iwago ».

Quelques jours après l’ouverture de l’exposition, un visiteur inhabituel est arrivé, créant la meilleure publicité possible pour l’événement.

L’agent de sécurité, cependant, a bloqué son chemin à la porte d’entrée.

En mars de l’année dernière, le même chat noir est revenu.

Mais cette fois, il a amené son ami roux.

Malheureusement, ils ont été obligés de faire demi-tour.

Les deux se sont probablement installés près du musée, car ils reviennent toujours.

Mais même s’ils ne sont pas encore officiellement entrés.

Au moins, ils ont parfois l’occasion de jeter un coup d’oeil aux belles choses.

Les voici qui prennent une pause.

Le musée a même créé un article cool dédié aux amateurs d’art poilus.